Pour que cette Caverne vous livre tous ses secrets, il faut suffit de passer le pas de cette porte et vous présenter.

Sur ce... visiteurs de passage je vous souhaite une bonne journée.

Némésis.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le bug a été levé ! bonne visite sur la Caverne Wink

Partagez | 
 

 Le Petit Poucet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nemesis
Esprit FrappéEsprit Frappé
avatar
Féminin Balance Chat
Nombre de messages : 2627
Age : 31
Humeur : Hé ben ça va mieux!
Date d'inscription : 12/02/2009
MessageSujet: Le Petit Poucet   Sam 15 Aoû - 16:08


Le Petit Poucet, illustration de Gustave Doré de 1867


Le Petit Poucet est un conte de Charles Perrault, tiré des Contes de ma mère l'Oye, parus en 1697. C'est également le nom du personnage principal de ce conte.

L'histoire :

Misère et famine règnent sur le pays. Un bûcheron et sa femme n'ont plus de quoi nourrir leurs sept garçons. Un soir, alors que les enfants dorment, les parents se résignent, la mort dans l’âme, à les perdre dans la forêt. Heureusement, le benjamin de la fratrie, surnommé Petit Poucet en raison de sa petite taille, espionne la conversation. Prévoyant, il se munit de petits cailloux blancs qu'il laissera tomber un à un derrière afin que lui et ses frères puissent retrouver leur chemin. Le lendemain, le père met son sinistre plan à exécution. Mais le petit poucet et ses frères regagnent vite leur logis grâce aux cailloux semés en chemin. Les parents sont heureux de les revoir car entre-temps, le seigneur du village avait enfin remboursé aux bûcherons l’argent qu’il leur devait. Mais ce bonheur ne dure que le temps de cette prospérité éphémère.

Lorsqu’ils se retrouvent dans la précarité première, les parents décident à nouveau d'abandonner leurs sept enfants dans la forêt. Ils s'assurent d'enfermer le petit poucet afin qu'il ne puisse pas ramasser des cailloux. C'est ainsi que lui et ses frères se retrouvent perdus dans la forêt. Ils arrivent alors devant une chaumière et demandent à y loger. La femme habitant en cette maison essaie de les persuader de ne pas entrer puisque son mari est un ogre qui mange les petits enfants. Mais les sept frères, préférant l'ogre aux loups de la forêt, insistent pour y entrer. Le soir venu, la femme les cache dans un lit mais son ogre de mari a vite fait de découvrir la cachette des jeunes enfants. Elle réussit toutefois à le convaincre de remettre au lendemain son festin. Les petits sont ainsi couchés dans un lit et Poucet échange leurs bonnets contre les couronnes d'or des sept filles de l'ogre, dans l’éventualité où l’ogre exécuterait son forfait pendant leur sommeil. L'ogre entre dans la chambre pendant la nuit, et croyant que ce sont les sept garçons, tue ses sept filles. Les petits s'enfuient et l'ogre fou de rage part à leur recherche en enfilant ses bottes des sept lieues. Fatigué, il s’assied sur la pierre sous laquelle les enfants se sont cachés. Le petit poucet convainc ses frères de rentrer à leur maison tandis qu'il enfile les bottes des sept lieues et court jusqu'à la chaumière de l'ogre. Il dit à sa femme que des brigands ont fait prisonnier son mari, qu'ils réclament une rançon, et que son mari l'a chargé de venir récupérer toute sa fortune ; pour mieux la convaincre, il dit qu'il lui a même prêté ses bottes pour aller plus vite. Le petit poucet rentre ainsi, riche, chez ses parents qui l’accueillent avec joie et soulagement.

La moralité de l'histoire :

On ne s'afflige point d'avoir beaucoup d'enfants,

Quand ils sont tous beaux, bien faits et bien grands,

Et d'un extérieur qui brille ;

Mais si l'un d'eux est faible ou ne dit mot,

On le méprise, on le raille, on le pille ;

Quelquefois cependant c'est ce petit marmot

Qui fera le bonheur de toute la famille.

Contexte historique :

La version du Petit Poucet de Charles Perrault fait référence aux grandes famines du règne de Louis XIV. Elle met plus particulièrement l'accent sur la précarité de la vie paysanne et sur la condition de l'enfant, qui était généralement le premier sacrifié en cas de malheur.

Entre la seconde moitié du XVIIe siècle et le début du XVIIIe, période au cours de laquelle Charles Perrault publie la première édition de son conte (1697), l’Europe et la France en particulier, sont au plus fort du petit âge glaciaire, avec un premier minimum climatique en 1650. Les étés sont pluvieux, les hivers extrêmement rigoureux et les famines endémiques : les historiens en recensent en 1660, 1661, 1662, 1675. En 1693, l'hiver est marqué par une famine générale. En 1715, l’hiver est sibérien, la Seine est complètement gelée. Et ce n’est que la répétition de l’hiver 1705, au cours duquel la mer s’est transformée en banquise le long des côtes. Le sol gèle sur 70 cm de profondeur. Tout est perdu : récoltes, fruits, vin. Le gibier est mort et les loups, fait rare, s’attaquent aux hommes. Il faudrait acheter du blé à l’étranger, mais les guerres ruineuses de Louis XIV ont épuisé le Trésor.

Une victoire sur la faim :

La trame de ce conte répond parfaitement aux lois du genre : Poucet est le dernier d'une famille de sept enfants, il est malingre et considéré comme un niais car il ne parle presque pas, mais il écoute.

Le thème du Petit Poucet tourne autour du fantasme de manger ou d'être mangé :


  • Les parents ne peuvent plus nourrir les enfants et les abandonnent dans la forêt ;
  • Contrairement à ses frères affamés, le Petit Poucet sait résister à la tentation de manger son dernier morceau de pain pour retrouver son chemin, mais les oiseaux picorent les miettes ;
  • Dans les bois, les loups n'ont qu'un but : dévorer les enfants ;
  • Après la première tentative pour perdre leurs enfants, les parents se déchaînent dans la gloutonnerie :
  • « Le bûcheron envoya immédiatement sa femme à la boucherie. Comme il y avait longtemps qu'elle n'avait mangé, elle acheta trois fois plus de viande qu'il n'en fallait pour le souper de deux ». Le détail obscène de la triple portion de viande fait des parents une anticipation de l'Ogre.
  • Poucet et ses frères échappent aux loups pour tomber dans un péril plus grand encore : la maison de l'Ogre, qui les engraisse pour qu'ils soient plus succulents...


Analyse :

Tout comme dans Hansel et Gretel, le conte du Petit Poucet aide les enfants à surmonter ce que Freud appellera le « stade oral ».

Psychologiquement, cette faim insatiable représente la pulsion bête, mais pleine de force et de vitalité. Seul le Petit Poucet parvient à se dégager de ce besoin primaire. Pour cela, il va utiliser ses sens supérieurs reliés à l'intelligence, c'est-à-dire ses yeux et ses oreilles :


  • Il entend ses parents mettre au point leur sinistre projet ;
  • Il prévoit des cailloux blancs puis sacrifie son dernier morceau pour retrouver son chemin ;
  • Il entend l'Ogre ronfler et peut alors s'enfuir de la maison avec ses frères ;
  • Il fait preuve d'un grand courage pour lui dérober ses bottes de sept lieues dans son sommeil.
  • Il est aussi malin et exploite tous les ressorts de la ruse :
  • Il se cache sous l'escabeau du père ou sous le lit de l'Ogre ;
  • Il ment à la femme de l'Ogre pour s'emparer de ses richesses ;
  • Il échange le bonnet de ses frères contre les couronnes des petites ogresses pour berner leur père.

Que font les imbéciles du conte ? Ils mangent et ils dorment. Les parents rêvent de manger, les frères dorment quand il y a péril, et l'Ogre tue ses propres filles et s'assoupit.

Au-delà du thème oral proprement dit, l'histoire du Petit Poucet exalte la victoire du « marmot », dernier des fils d'un pauvre bûcheron, d'abord méprisé et qui, pourtant, triomphe de l'Ogre.

Analogie :

Mythologie :

Certaines thématiques du Petit Poucet sont à rapprocher du mythe grec du Labyrinthe :

  • Thésée sort du Labyrinthe grâce au fil d'Ariane, Poucet sort de la forêt grâce aux petits cailloux ;
  • Thésée abat le Minotaure, Poucet trompe l'Ogre ;
  • Dédale sort de sa triste condition par les airs, Poucet en sort en s'élevant socialement.

Bible :

La victoire du faible sur le fort grâce au courage et à l'intelligence est à rapprocher de l'épisode de David, simple berger, contre Goliath dans l'Ancien Testament. Suite à sa victoire, David deviendra roi.

Expression :

Dans le langage courant du sport, l'image du Petit Poucet est reprise pour désigner un outsider ou le club qui évolue dans la plus basse division encore en lice dans une coupe.

Textes Complets :

Les Contes de la Mère l'Oye de Perrault
Histoires ou Contes du temps passé 1697.

Source : Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
http://www.atarxerxes.fr
 

Le Petit Poucet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Lumières du petit Poucet
» Petit Poucet
» Le petit poucet
» Le petit poucet [Joe Hisaishi]
» le " Petit Poucet"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ♠ Mythes orphelins et Légendes urbaines :: Les Contes et Folklore-